Berger de Bosnie et de Croatie

Caractère et comportement

En tant qu’éleveur professionnel depuis plus de 30 années, mais surtout en tant que formateur en centre d’éducation et de comportement canin,

je me dois de réagir aux inepties diffusées ça et là à propos de l’éducation et du comportement de nos chers Tornjak.

 

Comme je l’ai souligné à travers plusieurs articles, le Berger de Bosnie et de Croatie - plus communément appelé « Tornjak » est un cas assez rare

dans le monde des chiens de protection. A cela plusieurs raisons :

-       Un cadre de travail particulier

-       Un contexte pastoral qui ne l’est pas moins…

Dans le berceau de la race, ainsi que vous pouvez le voir dans nos reportages en montagne, la plupart des troupeaux sont gardés par des femmes,

ce qui n’est pas le cas par exemple des troupeaux visités en Macédoine.La pression de sélection comportementale est donc naturellement  orientée vers un chien plus sociable et plus proche, beaucoup plus « souple » et beaucoup plus « maniable » que le commun des protecteurs que nous connaissons (Caucase, Kangal, Karakashan, Sarplaninac…), souvent façonnés par des hommes et par voie de conséquence de tempérament beaucoup plus rugueux et beaucoup moins réceptifs.  Le lien de cause à effet me paraît assez évident et ce que l’on constate sur le terrain est un relationnel nettement plus affectif entre les Tornjak et leurs bergères qu’entre les autres protecteurs et leurs bergers…

Parce que le contexte pastoral est différent, la cohabitation avec d’autres troupeaux, d’autres chiens et davantage d’humains que sur les estives isolées de diverses régions pastorales, le Tornjak doit logiquement se montrer plus « sociable » et plus ouvert d’esprit qu’un certain nombre de ses congénères. Toutes ces particularités ont forgé un « cahier des charges » bien spécifique que l’on retrouve chez la grande majorité de ces chiens. Le standard s’en fait d’ailleurs clairement l’écho : « de nature calme, amical, courageux, obéissant…il est dévoué à son maître et très calme en sa présence, très affectueux envers les personnes qui vivent dans son environnement immédiat ».

 

Nous sommes loin de ces cerbères inabordables décrits par d’autres standards. Personnellement, j’ai toujours expliqué que ces redoutables gardiens, très agressifs dès qu’un inconnu approche sont en fait des animaux totalement associables (ou désocialisés), mais surtout déséquilibrés, comparables aux « chiens de couloir » abordables par une seule personne et potentiellement dangereux pour tout inconnu. Le Tornjak n’entre nullement dans ce cadre et c’est heureux, même si quelques propriétaires zélés sont fiers d’exhiber des caricatures de ce type ! Je rappelle au passage que le standard (mais oui, encore lui) précise dans les défauts entraînant l’exclusion : « chien agressif ou peureux »…

Une petite explication sur un terme peu conventionnel dans un standard de race : lorsqu’on évoque un chien « très affectueux avec les personnes qui vivent dans son environnement immédiat », nous parlons bien d’une forte attraction sociale liée à cette pression de sélection exercée par les utilisateurs(trices) et sélectionneurs(euses) de chiens parfaitement gérables et de comportement social irréprochable. La race a été forgée selon ces critères spécifiques, liés aux nécessités du contexte et non laissés au hasard ou à l’empirisme d’ élevages mercantiles…

Enfin, contrairement à des affirmations erronées et totalement stupides, le Tornjak est un chien qui s’éduque très facilement (mais pas tout seul quand même, ce qui signifie qu’il faut s’en donner la peine) et dont le dressage (indispensable au parfait contrôle de son compagnon) est aussi facile que gratifiant ! Encore une fois, le standard nous précise qu' « il apprend vite et garde longtemps en mémoire ce qu’il a appris".

 

Il accomplit avec plaisir les tâches qui lui sont assignées. Il est facile à dresser ». En fait je ne fais- pour ce qui me concerne- que souligner et rabâcher les caractéristiques spécifiques de la race.  Il est plus facile de faire porter le chapeau de ses incompétences éducatives à ses compagnons que de se remettre soi-même en cause, mais cela n’est pas juste, ni très cohérent.

Bref, contrairement à un certain nombre de ses « cousins » protecteurs, le Tornjak est un chien stable, équilibré, perméable à l’éducation et au dressage. A condition d’avoir été correctement socialisé et stimulé au cours des deux premiers mois de sa vie, il se montrera précocement réceptif aux sollicitations de son maître. Il apprendra avec une facilité rare les comportements adaptés à sa bonne insertion dans la société humaine (et pas seulement dans son contexte familial) : propreté, respect des personnes,

 

des congénères et autres espèces animales rencontrées, respect des objets)ainsi que les exercices d’obéissance indispensables à une vie de relation de qualité (ne pas sauter, venir instantanément au rappel, assis/couché, maintien de position, « ta place », etc)

 

Pour les maîtres impliqués, il deviendra rapidement une source de fierté grâce au contrôle précis que l’on obtiendra de lui.

Ces apprentissages fondamentaux des règles de la vie sociale et de l’obéissance  sont la condition sine qua non d’une relation agréable

avec son ou ses compagnons. J’espère vous en avoir convaincu.

Patrick Rouchon